Pep’s Ta Philo #7 – Le bruit de la mer de Leibniz

Le philosophe allemand Leibniz établit la différence qui existe entre des petites perceptions inconscientes et l’aperception consciente. Mais que veut-il dire par là ?😰

Pour Leibniz, nous n’avons conscience des choses qu’assemblées, qu’agrégées globalement.

Par exemple, lorsque nous entendons le bruit de la mer, nous n’entendons ni le son de chaque vague ni le clapotis de chaque goutte d’eau dans l’océan, mais l’ensemble de ces sons qui produit ce mugissement bien spécifique que nous retrouvons dans le creux des coquillages.

Le son de chaque vague, de chaque goutte d’eau, ce sont des petites perceptions inconscientes, que nous devons percevoir pour en avoir une aperception globale. Nous entendons donc du simple, fait de complexe.

Cela signifie que nous ne sommes pas disposés à entendre, voir, sentir, tout ce qui nous environne, mais un ensemble agrégé de tout cela sous la forme de ce que Leibniz appelle donc une aperception.

Et pourtant si nous ne pouvons apercevoir chaque goutte, il faut bien les percevoir d’une manière inconsciente.

Notre expérience du monde est donc bien plus complexe que nous le pensons.

Sans le savoir, sans en avoir conscience, nous entendons les gouttes et les vagues, nous voyons chaque brin d’herbe en contemplant une plaine, chaque flocon de neige à la montagne. Nous faisons donc inconsciemment et à chaque instant l’expérience d’une presque infini.

Ce que nous dit finalement Leibniz, c’est que nous percevons le monde dans son ensemble sans nous en apercevoir.

Mots-clés de cet article
, ,
More from Politikon

Pep’s Ta Philo #5 – En plein dans le Mill !

John Stuart Mill est un philosophe anglais du 19ème siècle. Dans son...
Lire L'Article