Minimalisme : Bienfaits et inconvénients

Passer d’une pratique sportive en chaussures à la pratique du minimalisme entraine de grands changements dans votre approche de la marche ou de la course...

J’ai déjà publié deux articles sur le minimalisme ; ventant de-ci de-là les mérites d’une pratique plus en accord avec notre corps, plus naturelle.

Il fallait cependant que je rééquilibre la balance vous faisant part des désagréments que peut engendrer cette transition particulière…

Changement radical = douleurs

Passer d’une pratique sportive en chaussures à une activité minimaliste entraine de grands changements dans votre approche de la marche ou de la course.

Les appuis sont différents, la posture également. Tout changement (et celui-ci peut être radical pour certains) doit être abordé avec beaucoup de prudence, par une écoute particulière des sensations physiologiques.

Cette transition peut être longue, jalonnée d’incertitudes et de tâtonnements particulièrement frustrants. Si vous couriez 10 km à chacune de vos sorties, vous serez contraints de vous restreindre à 500 mètres ou 1 km de running dans les premiers temps ; augmentant très progressivement vos distances en fonctions de vos sensations ou de vos progrès.

La douleur la plus commune ressentie lors de la transition se situe au niveau des mollets, beaucoup plus sollicités par cette pratique. Vous aurez également des douleurs au niveau de la plante du pied. La solution ? L’automassage quotidien !

Le minimalisme = une pratique plus contraignante

La pratique du minimalisme demande des attentions particulières. Pour ma part, je ne sors pas courir sans avoir massé mes pieds ainsi que mes mollets et m’être convenablement échauffé ; cela demande donc du temps et une organisation particulière.

Lorsque je cours, je suis beaucoup plus concentré : mon regard est porté sur les aspérités du sol, les dangers potentiels inhérents au peu de semelle qui protège mes pieds ; ajoutant à la fatigue musculaire une fatigue nerveuse.

Le pied, étant moins protégé, est plus fragile. Les pierres saillantes, un asphalte bouillant peuvent être des désagréments ; une racine sortant de terre ou un pierrier deviennent de véritables dangers pour vos doigts de pieds beaucoup plus vulnérables.

Moins protégé, ne vous attendez pas à réaliser des exploits sportifs lorsque le parcours est accidenté. La pratique minimaliste est une pratique plus raisonnable…

Beaucoup plus léger mais fort désagréable : la cueillette involontaire de fleurs.

Vos pieds étant libres, lorsque vous courrez dans les herbes hautes, toutes les plantes fleuries viennent se coincer entre vos orteils ! Vous obligeant à stopper régulièrement votre course afin de vous débarrasser de cette inconfortable récolte.

Pourquoi ? Me Direz-vous. Mais alors pourquoi s’entête-t-il à nous vanter cette pratique malgré tous ces désagréments ?

⇒ Et bien parce que l’ampleur et la somme des bienfaits du minimalisme vous feront vite oublier tous ces petits tracas !

Passer d’une pratique sportive en chaussures à la pratique du minimalisme entraine de grands changements dans votre approche de la marche ou de la course...

Mots-clés de cet article
, , ,
More from Anthony Heidet

Minimalisme : Bien débuter sa transition

Je n’ai pas voulu réduire la pratique du minimalisme à la course...
Lire L'Article