Flavie ou l’éducation positive, quels bienfaits pour nos enfants ?

Que tous les parents et adultes puissent connaître le fonctionnement du cerveau de l'enfant afin d’avoir une attitude plus juste et constructive vis-à-vis des petits ou même des adolescents.

Des relations plus apaisées, un quotidien plus serein c’est ce que je souhaiterais pour chacun.

Quand je vois les bienfaits de la communication non violente et l’éducative positive, je me dis que j’aimerais faire partager ça à tout le monde.

Que tous les parents et adultes puissent connaître le fonctionnement du cerveau de l’enfant afin d’avoir une attitude plus juste et constructive vis-à-vis des petits ou même des adolescents.

Je milite depuis trois ans pour abolir les châtiments corporels. La fessée, les gifles, les humiliations et autre punitions sont très répandues en France et la plupart des gens ignorent leurs conséquences sur l’enfant, que ce soit à court terme : comportement violent, moqueries envers les autres, etc., ou à long terme : construction de sa future personnalité, rapports aux autres, etc.

Il existe une aberration dans la loi qui permet aux parents de taper leurs enfants, c’est quand même fou non ? Ça s’appelle « le droit de correction » !

Comment construire un monde sans violence dans le respect de l’autre si dès l’enfance on vous « éduque » par les menaces, des tapes et des fessée humiliantes totalement inutiles.

Les avancées des neurosciences sur le cerveau de l’enfant ont révélé les effets qu’un tel style d’éducation peut avoir sur l’enfant, sur le construction de son cerveau. On peut noter une baisse du nombre de neurones, un ralentissement de la neurogénèse (le cerveau fabrique moins et moins vite des neurones qui servent à penser, réfléchir, grandir, apprendre) mais aussi une baisse de l’empathie, en effet, la partie du cerveau qui sert aux relations sociales et à l’empathie est moins importante chez les enfants ayant reçu un mode d’éducation strict et n’ayant pas été écoutés, protégés.

Au contraire, chez les enfants ayant bénéficié d’un maternage proximal, qui ont été consolé (il ne faut pas laisser pleurer un bébé par exemple), écoutés, compris et valorisés, cette même partie de leur cerveau est plus développée à l'âge adulte, ce qui conduit à des conséquences positives sur leur quotidien.Au contraire, chez les enfants ayant bénéficié d’un maternage proximal, qui ont été consolé (il ne faut pas laisser pleurer un bébé par exemple), écoutés, compris et valorisés, cette même partie de leur cerveau est plus développée à l’âge adulte, ce qui conduit à des conséquences positives sur leur quotidien.

Le 1 juillet 2016 un amendement sur le sujet à été voté, il doit encore passer au sénat, mais le plus gros du travail se joue dans les mentalités.

Les gens sont persuadés qu’une « fessées n’a jamais fait de mal », que « ça remet les idées en place », et toute sorte de phrases toutes faites sans aucun fondement et qui permettent d’éviter la remise en question. Car il est aussi question de cela : remettre en question l’éducation de ses enfants revient à remettre en cause notre propre éducation et donc les choix éducatif de nos parents. Dans une société ou le 4ème commandement de l’église catholique reste encore très marqué dans les esprits « honore ton père et ta mère » et intime l’ordre de ne pas les contredire, et d’être toujours reconnaissant. On entend encore souvent cette phrase « après tout ce que j’ai fait pour toi », comme si les enfants devaient être reconnaissant que leurs parents les ai mis au monde. En vérité ils n’ont jamais rien demandé.

Laissons les expérimenter la liberté et respectons les comme on respecte les adultes et ne laissons jamais leurs questions et leurs appels sans réponse.

Agissons avec eux comme on aimerait qu’on agisse avec nous, c’est comme ça qu’ils apprendrons l’empathie, l’écoute, le respect, la patience. En effet, les enfants apprennent grâce à ce qu’ils observent autour d’eux : en usant du chantage, de la menace d’un coup, nous leur apprenons à faire pareil. Ainsi se crée un cercle vicieux.

J’ai co-écrit une charte de la bientraitance avec Coralie Salaün (photographe à Rennes) que nous avons soumis au conseil municipal de la ville avec l’idée de donner des pistes sur les besoins des enfants. Nous abordons 12 points comme le besoin d’empathie, d’amour, de respect, etc…

La charte de la bientraitance est visible sur notre Tumblr.

J’ai co-écrit une charte de la bientraitance avec Coralie Salaün (photographe à Rennes) que nous avons soumis au conseil municipal de la ville avec l'idée de donner des pistes sur les besoins des enfants.

Nous avons également un projet de site internet fait par des enfants et destiné aux enfants afin de leurs faire connaitre les droits. Ce site soutenu par la ville de Rennes est en cours mais les fonds manque encore. Nous allons mettre en place très prochainement un financement participatif pour que ce projet puisse voir le jour.

Toutes les infos à ce sujet seront misent sur la page facebook   Ici

More from La Rédaction Peps Ta Vie

5 bonnes raisons d’instaurer un système de troc autour de vous

Les finances ne sont pas au beau fixe. C'est un fait. Une solution...
Lire L'Article